Changement d'horaire des comptoirs de la cour municipale et du paiement des taxes et contraventions

Lundi au jeudi de 9 h à 12 h et de 13 h à 17 h et le vendredi de 8 h 30 à 13 h

Arbres

Politique de l'arbre

La Politique de l’arbre fut adoptée en 2015. Élaborée par un comité de travail composé de diverses parties prenantes du milieu, elle représente l’aboutissement d’une réflexion conjointe entre les citoyens et les élus. La Politique de l’arbre vient appuyer l’importance des arbres pour la Ville et ses citoyens. Elle vise à mobiliser les citoyens et innover, en s’inspirant des meilleures pratiques du milieu pour améliorer, augmenter et diversifier le couvert forestier, afin d’offrir un environnement sain et agréable.

Des arbres au cœur de notre ville pour un environnement sain et agréable

Étude de la canopée

Conformément à son Plan de développement durable (PDD), la Ville de Saint-Hyacinthe a réalisé sa première étude de la canopée sur son territoire en 2022.

Rappelons que l’indice de canopée correspond au pourcentage de la superficie occupée par la canopée (couverture procurée par la cime des arbres) sur la superficie de l’ensemble du territoire. Plus l’indice est élevé, plus le territoire est couvert d’arbres.

Voyez les résultats de cette études ci-dessous. 

Résultats de l'étude de la canopée

Règlementation

Consultez les règlements concernant les arbres.

Plantation d’arbres ou d’arbustes

La plantation d’arbres et d’arbustes est permise sur toute propriété privée. Toutefois, il est important de vérifier avec le Service de l'urbanisme et de l'environnement  les essences interdites à moins de 20 mètres de bâtiments ou du réseau d’égout et d’aqueduc. La plantation en bandes riveraines nécessite un permis et des normes particulières s’appliquent aux parcs industriels.

La Ville dédie des ressources considérables à la plantation et à l’entretien des arbres sur son territoire pour maintenir la santé de sa forêt urbaine et augmenter sa canopée (couvert arborescent) afin d’en tirer tous les bienfaits possibles. Les citoyens peuvent contribuer à cet effort en plantant et en prenant soin à leur tour des arbres présents sur leur terrain. dans leur cour. Chaque arbre planté bénéficie non seulement au propriétaire résidant à proximité, mais aussi à toute la collectivité. 

Techniques de protection, de plantation ou d’élagage 

Lorsque vient le temps de choisir un arbre, il est recommandé de suivre la règle du « bon arbre au bon endroit ». Cela signifie de bien considérer les critères recherchés ainsi que les conditions du site de plantation.De plus, privilégier les essences indigènes, c’est-à-dire originaire de la région, représente un plus pour la biodiversité locale. Ces arbres sont adaptés à leur milieu et fournissent abri et nourriture à la faune. 

Il existe également des arbres dits horticoles et exotiques qui sont bien adaptés au milieu urbain. Dans certains cas ces essences sont privilégiées dans les endroits minéralisés, dans les corridors de vents, dans des lieux inhospitaliers. Dans les boisés l’introduction d’arbres exotiques ou horticoles peut avoir des conséquences néfastes sur la biodiversité c’est pour cette raison qu’il n’est jamais recommandé de plantes de telles espèces dans les milieux boisés ou forestiers.

Lors de constructions, référez-vous à la norme NQ 0605-100 Aménagement paysager à l’aide de végétaux pour appliquer des zones de protection des racines et des troncs ainsi que des pratiques d’atténuation des remblais et déblais. 

Il est interdit de planter, à moins de 20 mètres de tout bâtiment et de tout réseau public souterrain, d'égout ou d'aqueduc, tout arbre des espèces suivantes : peuplier deltoïde, peuplier faux tremble, peuplier baumier, peuplier blanc, saule pleureur, érable argenté et érable à giguère

Une fois votre arbre et son emplacement choisis, référez-vous à des guides pour assurer une plantation et un entretien qui lui permettront de prospérer. Les deux ou trois premières années sont particulièrement importantes pour les arbres nouvellement établis, et les bonnes pratiques aident à réduire le stress de la transplantation et à maximiser leur potentiel de développement. Éviter de laisser les tuteurs trop longtemps (maximum 2 ans) car s’il devient trop serré il va endommager l’arbre en plus de nuire au développement d’un tronc solide (l’arbre devient paresseux car il a une béquille)

Les techniques liées aux arbres ne sont pas régies par une réglementation municipale, mais plusieurs organisations offrent des renseignements pour exécuter les travaux de façon appropriée. Par exemple, pour l’entretien de vos arbres, faites affaire avec un arboriculteur professionnel. Recherchez un membre d’une association reconnue comme la Société internationale d’arboriculture du Québec (SIAQ).

Abattage d’arbres

Le Règlement régional 05-164 relatif à la protection des boisés régit l’abattage d’arbres dans les boisés protégés de la MRC des Maskoutains. Un permis est requis pour procéder, entre autres, à une coupe d’assainissement et de récupération.

Le Règlement d’urbanisme no 350 établit des normes par rapport à la présence d’arbres (plantation et abattage) dans certains secteurs de la ville.

Pour maintenir le couvert forestier et la canopée urbaine, il est parfois demandé de remplacer des arbres abattus. Avant de procéder à l’abattage d’un arbre, informez-vous sur les besoins de permis auprès du Service de l'urbanisme et de l'environnement pour vous assurer des règles à suivre, car en cas d’infraction, une amende peut être donnée.

Agrile du frêne

L’agrile du frêne est un insecte originaire de l’Asie qui a été détecté aux États-Unis en 2001. La larve creuse des galeries en forme de « s » dans la partie vivante de l’arbre, ce qui cause un dépérissement et la mort en 3 à 5 ans. Jusqu'à maintenant de 60 à 100 millions d’arbres sont morts aux États-Unis et en Ontario. Depuis le 1er avril 2014, Saint-Hyacinthe est située dans une zone réglementée par l’Agence canadienne d’inspection des aliments, visant à prévenir l'introduction et la propagation de l'agrile du frêne.

Un plan d’action a été adopté par le conseil municipal. Il vise à compléter l’inventaire des arbres de rues et à détecter la présence de l'insecte. La détection de l’espèce demande la collaboration des intervenants du territoire. Des mesures liées à la gestion des arbres seront graduellement mises en place.

Vous pouvez aussi aider à éviter la propagation de l’agrile du frêne par les moyens suivants :

  • Ne déplacez pas de bois de chauffage ou des produits du frêne.
  • Ne mettez pas les résidus de jardin pouvant contenir de l’écorce, des branches ou des résidus de frêne dans le bac brun. Ils devraient être déchiquetés en copeau de 1 cm par 1 cm et gérés par un entrepreneur paysager possédant un déchiqueteur conforme, ou amenés au dépôt municipal au 1000, rue Lemire.
  • Identifiez les arbres sur votre terrain : si vous avez des frênes, surveillez leur état de santé.
  • Si vous devez gérer un frêne mort, faites-le déchiqueter sur place.

Longicorne asiatique

Le Longicorne asiatique (Anoplophora glabripennis) est un insecte nuisible xylophage extrêmement destructeur qui s'attaque aux érables ainsi qu'à d'autres arbres feuillus, dont le peuplier, le bouleau et le saule. Il s'attaque aux arbres en santé et provoque leur mort, en plus de dévaster les collectivités urbaines et rurales.

L'adulte mesure de 20 à 35 mm. Son corps est d'un noir luisant et chacun des élytres porte environ 20 taches blanches.

Cet insecte est bel et bien à nos portes. À ce jour il est possible de le contrôler, mais avec les actuels changements climatiques, il est possible que ce ravageur migre sur notre territoire. Les conséquences seront catastrophiques car cet insecte s’attaque à différentes espèces d’arbres contrairement à l’agrile qui s’attaque seulement aux frênes.

Pour cette raison il est recommandé de diversifier les espèces d’arbres plantés et d’ajouter des espèces de conifères à notre foresterie urbaine en papier dont vous pourrez disposer à la collecte des matières organiques.

Mythes et réalités sur les arbres

Saviez-vous que?

  • Un arbre mature fournit l’oxygène quotidien nécessaire à quatre personnes.
  • Les arbres stabilisent le sol : davantage d’arbres sur le territoire urbain et agricole contribueraient à réduire la quantité de sols érodés qui se retrouvent dans la rivière Yamaska (300 000 tonnes par an).
  • Les arbres ont des impacts positifs sur la santé physique et mentale.
  • Les arbres améliorent l’efficacité énergétique de nos bâtiments en réduisant de 20 à 25 % la consommation d’énergie associée à la climatisation et au chauffage.
  • La présence d’arbres matures augmente la valeur foncière des propriétés de 7 à 15 %, sans parler de leur attractivité pour l’acheteur.

Voici quelques fiches conseils produites par la Ville de Saint-Hyacinthe

Fiche 1 : Apparition de lézardes ou affaissement du sol

Fiche 2 : Soulèvement du béton et détérioration de solages ou de fondations

Fiche 3 : Pelouse endommagée à proximité d’un arbre

Fiche 4 : Présence de fourmis charpentières

Fiche 5 : Bris ou blocage de conduites d’égout