Changement d'horaire des comptoirs de la cour municipale et du paiement des taxes et contraventions

Lundi au jeudi de 9 h à 12 h et de 13 h à 17 h et le vendredi de 8 h 30 à 13 h

Pelouses et verdissement

Défi Pissenlits 

La Ville de Saint-Hyacinthe est fière de participer cette année au Défi Pissenlits

Le déclin alarmant des insectes pollinisateurs comme les abeilles entraine des conséquences considérables sur l’environnement. Pour renverser cette tendance, il faut agir maintenant et collectivement. Il suffit de retarder la tonte du gazon au printemps, permettant aux pollinisateurs de faire le plein de pollen et de nectar issus des pissenlits et autres fleurs. Ainsi, les pollinisateurs ont suffisamment d’énergie pour commencer la saison de pollinisation des plantes, qui assure le tiers de notre alimentation!

35 % de notre garde-manger dépend des insectes pollinisateurs, notamment : les petits fruits, les noix, les fèves, les légumes et les arbres fruitiers. 

Le pissenlit, longtemps considéré comme une mauvaise herbe, pousse abondamment au début du printemps sur nos terrains et constitue une source de nourriture vitale pour ces insectes pollinisateurs.

Voici les terrains municipaux qui font partie de l'initiative du Défi Pissenlits : 

  • Parc François-Tétreau (Bois-Joli)
  • Parc J.-M.-B.-Champagnat (Cascades)
  • Parc François-Jetté (Douville)
  • La butte sur le boulevard Casavant Ouest (Douville)
  • Parc Hertel-Cloutier (Hertel-Notre-Dame)
  • Parc Gustave-Labelle (Hertel-Notre-Dame)
  • Espace vert près du Jardin des Anciens-Maires, côté rivière (Hertel–Notre-Dame)
  • Parc Les Salines (près du tir à l’arc) (Saint-Thomas-d’Aquin)
  • Parc T.-A.- St-Germain (Yamaska)
  • Parc René-Beaugrand (Yamaska)
  • Parc des Sociétaires et espace vert allant jusqu’au commerce Couvre-plancher Larocque (Yamaska)
  • La butte derrière le garage du 1000, rue Lemire (Yamaska)
Quand tondre le gazon?

 

Il faut laisser le temps aux pollinisateurs de s’abreuver des plantes suivant leur éclosion, plutôt que de couper l’ensemble des pousses dès leur apparition. Il est possible de se fier à l’apparence des pissenlits : les conserver lorsqu’ils sont jaunes; les tondre lorsqu’ils sont passés au blanc.

Histoire de la pelouse traditionnelle

La mode de la fameuse pelouse traditionnelle – courte, verte, uniforme – remonte à quelque siècles déjà, où elle était réservée aux mieux nantis. L’arrivée de la tondeuse, l’essor de la classe moyenne et de la banlieue ainsi que les sports sur gazon ont contribué à répandre le modèle de la pelouse traditionnelle. Les pesticides et les engrais de synthèse ont par ailleurs bondi en popularité sur le marché et contribué à perpétuer la « pelouse parfaite ». Cependant, après des années intensives d’utilisation et le constat qui s’est ensuivi sur la toxicité et les impacts néfastes de ces produits, une réflexion sur les changements de pratiques s’est amorcée. L’écopelouse, soit une pelouse où une diversité de plantes est la bienvenue, et qui nécessite un entretien moins intensif, gagne du terrain.

Photo: L'asclepiade a longtemps été considérée comme une mauvaise herbe. Elle est pourtant essentielle aux papillons monarques. 

Pelouse écologique

La pelouse écologique (ou écopelouse) ne nécessite aucun pesticide et herbicide, elle requiert des quantités minimales d’eau, et elle est coupée différemment : les rognures sont laissées au sol et sa longueur, minimalement 8 cm, est adéquate. Elle est plus diversifiée et plus résistante aux insectes et aux maladies. Elle est meilleure pour votre santé et celle de l’environnement.

Le règlement concernant l’utilisation des pesticides sur le territoire de Saint-Hyacinthe est rentré en vigueur le 1er janvier 2024.

Puisque la pelouse écologique est plus longue, elle nécessite moins d’eau. D’ailleurs, les arrosages fréquents et de courte durée développent un mauvais système racinaire, trop en surface. En période de sécheresse, le gazon ne meurt pas, il entre en dormance. Il faut éviter de le tondre pendant cette période pour ne pas le fragiliser. Lorsque vous tondez la pelouse, laissez l’herbe à une hauteur minimale de 8 centimètres (3 pouces). Lors de la première tonte du printemps et de la dernière tonte de l’automne, il est toutefois recommandé de tondre plus court, à 5 centimètres de hauteur.

Consultez le règlement sur l'arrosage

Les lames de tondeuse doivent toujours être bien affûtées pour obtenir une coupe nette. Des brins de gazon effilochés sont plus vulnérables aux maladies, augmentent les pertes en eau et donnent à la pelouse une apparence brunâtre pendant les jours qui suivent la tonte. Il est également recommandé d’aérer sa pelouse afin de favoriser la pénétration des racines dans le sol. Au besoin d’y mettre un peu de compost qui va aider à alléger les sols argileux et aide à retenir l’humidité de celui-ci.

Consultez un guide complet sur l'usage des pesticides

  

Une pelouse diversifiée est plus robuste                               Un aménagement de plantes vivaces bien adaptées peut se substituer à la pelouse traditionnelle                      

IMPORTANT: 

  • Ne jamais jeter votre gazon dans une bande riveraine ou un cours d’eau. Le contenu riche en azote pollue le cours d’eau, contribuant à la prolifération des algues et réduisant la quantité d’oxygène présente dans l’eau.
  • Laisser votre gazon en petits amas ou tas. Dans une pile trop dense, cette matière organique ne va pas se composter, mais plutôt pourrir.
  • Mettre vos rognures aux ordures. Ce n’est pas un déchet ! Pratiquez plutôt l’herbicyclage, ou disposez des rognures dans votre bac brun.
  • Évitez de tondre par temps très sec et en période de canicule, ou lorsque le feuillage de la pelouse est humide ou mouillé suite à une rosée, une pluie ou un arrosage.

Dépôt de rognures de gazon dans la bande riveraine 

Herbicyclage

L’herbicyclage consiste à laisser les rognures de gazon au sol lorsque vous tondez la pelouse. Cette pratique est d’ailleurs bénéfique pour votre pelouse, puisque l’herbe coupée, riche en azote, se décompose en quelques jours et enrichit ainsi le sol. Résistance aux maladies et aux insectes, diminution des besoins d’arrosage, diminution des besoins en engrais… Votre pelouse s’en porte mieux ! Faites cependant attention à ne pas laisser vos rognures de gazon en amas sur votre pelouse, ce qui pourrait l’étouffer.

Feuillicyclage

Les feuilles mortes sont un engrais naturel ! À l’automne, elles peuvent être utilisées comme paillis afin de protéger le sol et l’enrichir. Vous pouvez déposer les feuilles telles quelles au pied des arbres, des arbustes, dans les plates-bandes et le jardin potager, ou les déchiqueter à l’aide d’une tondeuse-déchiqueteuse (il suffit de munir votre tondeuse d’une lame déchiqueteuse). Le paillis ainsi créé préserve l’humidité du sol et agit comme engrais naturel. Vous pouvez également laisser les résidus de feuilles mortes déchiquetées à même votre pelouse afin de l’enrichir. Veillez tout de même à éviter qu’elles ne s’accumulent en trop grande quantité, ce qui pourrait alors nuire à votre gazon.

Si vous laissez une quantité de feuilles intactes sur votre terrain, sachez que ces feuilles représentent un abri pour une multitude d’insectes et petits animaux pendant la saison hivernale. Les conserver donne un coup de pouce aux papillons et autres pollinisateurs !

Vous pouvez aussi ajouter des feuilles mortes dans votre composteur domestique. Elles sont riches en carbone, un ingrédient essentiel à la santé de votre compost. Si vous remarquez des taches noires sur les feuilles, il se pourrait qu’elles soient affectées par une maladie. Dans ce cas pour éviter sa propagation, il vaut mieux les mettre directement dans votre bac brun, ou dans des sacs de jardinage en papier dont vous pourrez disposer à la collecte des matières organiques.

Les mauvaises herbes

Les mauvaises herbes sont des plantes indésirables, mais la signification du terme varie selon le contexte. Une mauvaise herbe ne désigne pas nécessairement une plante néfaste pour la santé et l’environnement : elle peut tout simplement être considérée comme une plante qui pousse au mauvais endroit. Par exemple, certains considèrent le pissenlit comme étant une mauvaise herbe pour des considérations esthétiques. Même si vous considérez le pissenlit comme une mauvaise herbe, il n’est pas visé par le règlement sur l’entretien des terrains et conséquemment, aucune intervention n’est exigée.

Une pelouse parsemée de pissenlits : le pissenlit représente une source de nourriture importante pour les insectes pollinisateurs tôt au printemps.

Les plantes suivantes sont assujetties à la règlementation numéro 77 concernant les nuisances :

-Herbe à poux                                   -Bardane